Diplômée en architecture d’intérieur et design à l’École Camondo en 2012, Emmanuelle Simon a continué à cultiver ces deux disciplines en faisant ses premières armes auprès de Jean-Marie Massaud puis de Pierre Yovanovitch. Des années formatrices qui lui ont permis de travailler sur de prestigieux chantiers à travers le monde, alternant projets publics et résidences privées. Après avoir fondé son agence en 2017, elle remporte le Prix du Public de la Design Parade de Toulon avec son installation La Chambre sur l’eau et présente à Révélations au Grand Palais le cabinet-bar Rakù-Yaki, dont elle développe actuellement la collection de luminaires et mobiliers d’exception. Début 2018, elle signe la première adresse parisienne de la maison franco-japonaise Evidens de Beauté, tout en travaillant sur plusieurs projets d’appartements privés à Paris et à Val d’Isère.

Emmanuelle conçoit ses projets avec une vision globale, allant de l’architecture à l’objet. Chaque lieu est pensé tel un écrin unique, et propose ainsi une identité forte. Le mobilier sur-mesure dessiné avec exigence et précision, est réalisé en échange avec des artisans au savoir-faire d’excellence. On retrouve souvent des influences du style Art Déco et de la philosophie wabi-sabi. Ces inspirations sont à l’image de l’esthétique d’Emmanuelle Simon, où la nature brute des matériaux vient insuffler une note d’authenticité aux lignes clairement maîtrisées de l’architecture des lieux. Astucieusement souligné par la lumière, la composition de chaque volume dévoile différentes perspectives grâce aux transitions subtiles et renouvelle ainsi cette notion d’expérience, essentielle dans l’approche d’Emmanuelle Simon. Une sophistication épurée qui n’oublie pas pour autant la force du détail, faisant preuve de singularité pour atteindre un juste équilibre.

 

 

Crédit / Noel Manalili